Actions

Actions réalisées par l'Instance BEFE de Huy-Waremme.

Cadre institutionnel, politique, théorique et outil

Le 28 mars 2013

Programme de la journée

Logo Chambre Enseignement de Huy-Waremme

Objectifs et perspectives

 

Le Décret du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 30 avril 2009 relatif à la création d'Instances de pilotage inter-réseaux de l'enseignement qualifiant (IPIEQ) et à l'octroi d'incitants visant un redéploiement plus efficient de l'offre d'enseignement qualifiant dans une perspective de développement territorial tel que modifié par les Décrets du 17 octobre 2013 modifiant diverses dispositions en matière d'enseignement obligatoire et de promotion sociale (M.B. 28/10/2013) et du 11 avril 2014 modifiant le fonctionnement des instances de pilotage inter-réseaux de l'enseignement qualifiant (M.B. 07/08/2014) a mis en place dix Chambres Enseignement, une par bassin. Ledit texte précise que la Chambre Enseignement est un lieu d'information et de délibération entre les réseaux d'enseignement et les représentants du monde socioéconomique d'une zone en matière d'offre d'enseignement. Ses échanges sont éclairés par les apports de l'Instance du Bassin EFE, en particulier par la liste des thématiques communes définie par ledit bassin et la structure de l'offre au sein de celui-ci.

La Chambre Enseignement contribue à l’harmonisation de l’offre d’enseignement qualifiant de son territoire. Afin d'améliorer les chances d’insertion, sur le marché de l'emploi, des élèves et des jeunes issus des filières qualifiantes, il est nécessaire de soutenir les options économiquement porteuses et d'éviter une dispersion de l’offre, tant à l’intérieur qu’entre les différents réseaux afin de renforcer la collaboration, les complémentarités, les spécialisations au 3e degré de l'enseignement technique et professionnel de plein exercice et en alternance (art. 49).

Le redéploiement de l’enseignement qualifiant ne peut se concevoir sans une indispensable revalorisation de celui-ci qui doit cesser d’être perçu comme une relégation pour devenir l’outil d’un projet personnel raisonné et porteur. La revalorisation de l’enseignement technique et professionnel passe donc aussi par une meilleure orientation des jeunes, par une logique de concertation entre tous les acteurs du secteur de l'enseignement et de la formation, par l'instauration d'une confiance mutuelle entre l’ensemble des établissements scolaires des différents réseaux, par une collaboration accrue avec les Centres de Technologies Avancées (CTA) et les Centres de Compétence (CdC).

Dans le cadre de plans de redéploiement quadriennaux, la Chambre Enseignement a donc pour objectif de produire une dynamique de redéploiement progressif, cohérent et structuré de l’offre d’enseignement qualifiant du Bassin de Huy-Waremme (Zone 3) en :

  • Sensibilisant les représentants du monde scolaire à la réalité socioéconomique régionale et locale ;

  • Promouvant une logique de concertation et de co-responsabilisation inter et intra-réseaux entre les différents acteurs de l'enseignement qualifiant du bassin ;

  • Ajustant progressivement, grâce aux incitants prévus par le décret, l’offre d’enseignement qualifiant avec les pôles de développement socioéconomique du bassin.

Par ailleurs, la Chambre Enseignement peut initier ou participer à des projets ayant pour objectif la promotion, en inter-réseaux, de l'enseignement technique et professionnel. 

Administrativement, les Chambres Enseignement, bien qu’intégrées au dispositif bassins EFE, relèvent de la Direction Relations Écoles-Monde du Travail (DREMT), une direction de la Direction générale de l'Enseignement obligatoire (DGEO) du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les Chambres Enseignement fonctionnent sur base du Décret précité et de leur règlement d'ordre intérieur.

 

Composition et mode de prise de décision de la Chambre Enseignement de Huy-Waremme

 

Membres effectifs

  • 4 représentants des Conseils de zone concernés (confessionnel/non-confessionnel) ; soit 8 membres

  • 1 représentant de chaque Comité de concertation (confessionnel/non-confessionnel) ; soit 2 membres

  • 5 membres de la Chambre Emploi – Formation (président, 2 représentants des travailleurs, 2 représentants des employeurs)

  • 1 représentant du FOREm

  • 1 représentant de la Direction générale de l’Enseignement obligatoire

  • 5 représentants des Syndicats de l’Enseignement

 

Membres associés

  • 2 représentants de l’Enseignement spécialisé 

  • 2 représentants de l’Enseignement de promotion sociale 

  • 2 représentants du Conseil zonal de l’Alternance

  • 1 représentant de l’IFAPME

  • 1 représentant du Conseil zonal des CPMS


La présidence et la 1e vice-présidence sont assumées par un représentant des Conseils de zone ou des Comités de concertation. Afin de garantir l'alternance des caractères d'enseignement, ce mandat est annuel. La 2e vice-présidence est assurée par le président de la Chambre Emploi – Formation.

 

Prise de décisions


Les décisions sont prises par consensus des membres effectifs. Si le consensus ne peut être atteint, les décisions sont prises à la majorité absolue des membres effectifs présents à l'exception des représentants du FOREm et de la DGEO.

Concernant les actions de valorisation, les décisions sont prises par consensus des membres présents.

 

Plan de redéploiement quadriennal


Tous les 4 ans, la Chambre Enseignement, éclairée par le travail de Comités d'accompagnement élabore un plan de redéploiement de l'offre scolaire qualifiante et propose l'attribution d'incitants pour :

  • Le maintien d’options faiblement fréquentées ;

  • La fermeture d'options ;

  • La création d'options.
      

Dans son processus de sélection des projets qui seront, par la suite, présentés au Gouvernement par l'Administration, la Chambre Enseignement tient notamment compte de :

  • La correspondance avec les thématiques communes du bassin ;

  • La cohérence et la pertinence du projet au regard de l’offre de formation ;

  • L’utilisation d’outils pédagogiques de formation existant (CTA, CdC, etc.).


Les incitants consistent, entre autres, en :

  • L’octroi de périodes complémentaires aux périodes-professeurs ;

  • La possibilité d'obtenir certaines dérogations aux normes de maintien et de création ;

  • L’octroi d'un statut de priorité d’accès au Fonds d'équipement.